( 30 novembre, 1988 )

Maurice Louis-Joseph-Dogué -Décédé

untitled.jpg

Maurice Louis-Joseph-Dogué -Décédé

Maurice Louis-Joseph-Dogué

Né le 15.01.1927 à Ducos (Martinique)
Profession : Instituteur
Groupe politique : Socialiste
Département d’élection : Martinique
Date de début de mandat : 16.03.1986
Date de fin de mandat : 14.05.1988 (fin de législature)
——-
HISTOIRE DE LA VILLE DE DUCOS

http://marceaumariesainte.wifeo.com/

L’histoire de la ville de Ducos en Martinique (97224).

Ducos s’appelait autrefois « TROU-AU-CHAT ». L’origine du nom de Trou-au-Chat est très controversée, mais apparait pour la première fois dans le Terrier de 1671.

A son arrivée dans l’île, à la fin de 1677, le gouverneur Blénac avait confirmé les jésuites dans le service du Nord-Ouest de l’île, les Dominicains dans celui du Nord-Est et les Capucins dans celui du Sud. La localité de Trou-au-Chat fait partie de la paroisse de « Cul-de-sac-à-vache », qui englobe celle de Trois-Ilets, Rivière Salée et Saint-Esprit.

Cinq ans plus tard, le 29 septembre 1682, une trentaine d’habitants du Trou-au-Chat se réunissent chez un habitant-sucrier du quartier, M.de Camp, et, après avoir assisté là à une messe célébrée par le Père Gabriel de Vire, capucin qui exerçait son ministère au Fort-Royal, décident de faire construire une chapelle qui sea desservie par des Capucins et un presbytère sur un terrain de 100 pas sur 90 ( 32m 50 X 29 ) donné dans cette intention par le sieur de Lizarday, habitant vivrier et premier sergent de la compagnie de milice du quartier.

Le 3 septembre 1683, au cours d’un voyage de Blènac en France, la décision est prise de créer à la Martinique des paroisses au sens strict, délimitées territorialement et où le curé aura juridiction exclusive. Un accord est conclu à ce sujet, le 9 mai 1684, par les préfets apostoliques des trois ordres religieux ( Jésuites, Dominicains et Capucins ) qui desservent l’Île. Il est approuvé le lendemain par les administrateurs, et ratifié définitivement par le Conseil d’Etat le 13 Octobre 1686. Seize Paroisses existent officiellement.

Cependant, les habitants du quartier du Lamentin ( qui relevaient de la paroisse du Fort-Royal) et ceux du Trou-au-Chat ( qui dépendaient du Cul de sac à vache ) s’estimaient insuffisamment desservis et trop éloignés des églises paroissiales.

Le roi leur donne raison, aussi, le 19 Octobre 1687, le père Poinsset, supérieur des Jésuites, le Père Boniface, supérieur des Capucins, et le Père michel, curé du Cul -de-sac à vache, décident la création d’une nouvelle paroisse qui s’étendra de l’habitation de M. de Malvaux de la Rivière-Salée à la rivière du lamentin, et comprendra les quartiers du Tou-au-Chat et de la rivière Lézard ; elle sera confiée aux Capucins et aura son centre à la rivière Lézard. Huit jours plus tard, sur réclamation des habitant du Trou-au-Chat, les supérieurs des Jésuites et des Capucins, de concert avec le gouverneur et l’intendant, arrêtent que, au lieu de l’unique paroisse projetée, deux seront fondées, l’une à la rivière Lézard et l’autre au Trou-au-Chat, invités à construire un presbytère, s’engagent immédiatement à verser pour cela 11.300 livres de sucre et èlisent le sieur Lizarday comme marguillier responsable des travaux.

Par la suite, la création de plusieurs paroisses dans les environs modifia les limites du Trou-au-Chat. Celle de rivière-Salée fut décidée en 1716 et exista au moins à partir de mai 1723.

Le Trou-Au-Chat a été érigé en commune par le décret du 12 Juin 1837. En 1853, le Conseil Municipal ayant exprimé le voeu « de voir donner à la commune le nom de Ducos, afin de témoigner de la gratitude de la Martinique pour l’administration bienveillante et éclairée du ministre à qui le département de la Marine et des Colonies avait été confié », il fut accédé à son désir. Le changement de nom se fit 1855.

Monsieur Théodore Ducos (1801-1855)
Monsieur Théodore Ducos (1801-1855) , fut ministre de la Marine et des Colonies sous le Second Empire. Pour rendre hommage aux éminentes qualités de ce grand Français qui ne cessait de manifester une sollicitude particulière en faveur de nos colonies, le Conseil municipal du Trou au Chat dans sa délibération du 17 juin 1854, à l’unanimité de ses membres adopte le nom de Ducos-bourg pour cette commune, sauf approbation du gouverneur d’alors le comte de Gueydon.

•D’autres hommes ont porté le nom de Ducos
DUCOS Roger, conventionnel né à Dax (1747-1816) membre du Directoire et Consul après le 18 brumaire.

DUCOS DU HAVRON Louis, physicien français, né à Langon (1837-1920) premier réalisateur de la photographie en couleur.

L’origine du nom de Trou-Au-Chat est très controversée.
Jean Rennard, dans son ouvrage intitulé « Historique des paroisses des origines à la séparation », émet l’hypothèse selon laquelle la localité tire son nom d’un de ses premiers habitants.

Au début de la colonisation, monsieur LE CHAT, fut un des premiers français qui s’établit sur ce point de l’île. Il aurait habité à « Pays-Noyé » et ses congénères habitant les environs de cette région particulièrement accidentée , devaient quelle que soit la direction d’où ils venaient, descendre une pente pour lui rendre visite. Les uns disaient : « Allons voir LE CHAT dans son trou », d’autres : « Allons voir le trou de LE CHAT » Ainsi l’habitude aidant, le nom de « Trou au Chat » serait définitivement resté à la localité. « TROU AU CHAT » qui par corruption a donné « TROCHAT ».

On a dit aussi qu’un des premiers colons qui demeurait dans un fond avait beaucoup de chats et que lorsqu’on allait chez lui, on disait couramment qu’on allait au « Trou aux Chats »

Ces explications paraissent peu crédibles car, dans le terrier de 1671, on a écrit Chat au singulier, aussi parait-il difficile de penser qu’il s’agissait du repaire d’une multitude de chats, à moins qu’avec le temps, le terme ait perdu son pluriel. Dans ce document, où figurent les noms de tous les propriétaires, aucun habitant ne s’appelle Le Chat.

Jean Rennard en conclut que, selon toute vraisemblance, « Trou-au-Chat », doit son nom au simple caprice de quelques habitants ».

Situation geographique
Ducos est contiguë aux communes du Lamentin, du François, du Saint Esprit et de Rivière Salée, avec l’une de ses façades donnant sur la mer. Ducos est séparée de la capitale de 17 km

Elle a une superficie de 3769 ha. Peu éloignée de Fort de France, la capitale de la Martinique, Ducos est reliée au réseau routier dont les voies de communications permettent l’accès aux secteurs sud de l’île.

L’Agriculture
L’introduction de la canne à sucre exigea une main d’œuvre abondante, besoin auquel ne peuvent satisfaire les « engagés », colons qui recevaient de la terre et un pécule à l’issue d’une période de travail de trois ans. Ce qui entraina la naissance du commerce triangulaire négrier : exportations de marchandises vers l’Afrique où elles sont troquées contre des humains vendus comme esclaves aux Antilles depuis lesquelles sont rapportés les produits tropicaux vers la France métropolitaine.

La population indienne caraïbe qui, vers le 11è siècle s’était substituée aux Arawaks, habitants originaires de la Martinique, fut décimée par les européens (espagnols, français, anglais et hollandais), dans leur conquête du nouveau monde.

Les français prirent possession de l’île en 1635, chassant les derniers survivants Caraïbes vers les îles voisines, notamment la Dominique.

source : Mairie de Ducos
Prénoms et nom Début mandat Fin mandat Commune
Elie Charles HUYGUES DERIVRY 1837 972 – Ducos
Jacques Adolphe CHANCEL de La GRANGE 1841 972 – Ducos
Louis DUFOUGERAY 1848 972 – Ducos
François Ernest MELSE 1856 972 – Ducos
Jacques Adolphe CHANCEL de La GRANGE 1859 972 – Ducos
Pierre François LAFAYE 1864 972 – Ducos
Alexandre ANDRE 1868 972 – Ducos
Léopold Coeli GARNY de La RIVIERE 1868 972 – Ducos
René Pierre MONVILLE 1871 972 – Ducos
Pierre François LAFAYE 1873 972 – Ducos
Beauharnais Louis Barthé CADEAU 1877 972 – Ducos
Théobald Gilbert ANDRE 1888 972 – Ducos
Beauharnais Louis Barthé CADEAU 1896 972 – Ducos
Henri PELAGE 1898 972 – Ducos
Nicolas Georges Gaston EUDARIC 1901 972 – Ducos
Louis Toussaint ROY MESHUIT 1912 972 – Ducos
Pierre Ferdinand MAMIE 1919 972 – Ducos
Jean Baptiste Adrien ADELAIDE 1920 972 – Ducos
Joseph Callixte AMANT 1923 972 – Ducos
Joseph Raymond PETIT 1925 972 – Ducos
Joseph Callixte AMANT 1927 972 – Ducos
Marius Eloi VIRGINIE 1933 972 – Ducos
Simon Joseph HAYOT 1941 972 – Ducos
Honoré QUITMAN 1945 972 – Ducos
Dufresne SIMEON 1947 972 – Ducos
Honoré QUITMAN 1947 972 – Ducos
Marc ANDRE 1954 972 – Ducos
Maurice LOUIS-JOSEPH-DOGUE 1971 972 – Ducos
Lucien CILLA 1995 2001 972 – Ducos
Charles André MENCÉ 2001 972 – Ducos

Mano Radio Caraïbes
http://www.manoradiocaraibes.com  
http://manoretro.unblog.fr/  
http://emission.unblog.fr/  
martel.loutoby@orange.fr  
http://fr-fr.facebook.com/  
http://martelkapale.unblog.fr/  
Portable:0696919145
Portable:0696840553

Pas de commentaires à “ Maurice Louis-Joseph-Dogué -Décédé ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|