( 7 février, 1986 )

Cheikh Anta Diop – Décédé

okokokok2.jpg

 Cheikh Anta Diop – Décédé

http://www.dailymotion.com/video/x5mw27

Cheikh Anta Diop (29 Décembre 1923 dans Thieytou, Région de Diourbel – 7 février 1986 à Dakar) était un historien, anthropologue, physicien et homme politique, qui a étudié les origines de la race humaine et post-scripts coloniale africaine de la culture. Il est considéré comme une figure importante dans le développement du point de vue Afrocentric, en particulier pour sa théorie controversée que les Anciens Égyptiens étaient Noirs africains. L’ Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal est nommé d’après lui.

Carrière
Diop est né à un aristocratique musulmans Wolof famille au Sénégal, où il a été éduqué dans une école islamique traditionnelle. Famille de Diop faisait partie de la secte Mouride, le groupe musulman indépendant uniquement en Afrique en Diop. Il a obtenu un baccalauréat au Sénégal avant de passer à Paris pour des études supérieures.  

Études à Paris
En 1946, à l’âge de 23, Diop est allé à Paris pour devenir un physicien. Il y reste depuis 15 ans, étudiant physique sous Frédéric Joliot-Curie, gendre de Marie Curie et finalement traduire les parties de la Théorie de la relativité d’ Einstein en son natif Wolof. 

L’éducation du Diop inclus historique, égyptologie, physique, linguistique, Anthropologie, économie et la sociologie.  Pendant ses études à Paris, Diop a étudié sous André Aymard, professeur d’histoire et plus tard doyen de la faculté de lettres à l’Université de Paris, par le biais duquel il « acquis une compréhension du monde Greco-Latin. Comme un étudiant de Gaston Bachelard, Frédéric Joliot-Curie, André Leroi-Gourhan et autres « Diop » acquis compétence dans ces diverses disciplines comme le rationalisme, dialectique, techniques scientifiques modernes, archéologie préhistorique et ainsi de suite.» Diop a été également « l’uniquement noir africain de sa génération à avoir reçu une formation comme une Egyptologist. » «Surtout «il» appliqué cette connaissance encyclopédique pour ses recherches sur l’histoire africaine.»

En 1948, Diop édité avec Madeleine Rousseau, professeur d’histoire de l’art, une édition spéciale du journal Musėe vivant, publié par la populaire de l’Association des amis des musées (APAM). APAM avait été établi en 1936 par des personnes sur l’aile gauche politique pour mettre la culture à un public plus large. L’édition spéciale du journal a été à l’occasion du centenaire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises et visant à présenter un aperçu des problèmes dans la culture africaine contemporaine et la société. Diop a contribué à un article dans la feuille: «Quand pourra-t-on parler d’une renaissance africaine» (lorsque nous pourrons parler d’une renaissance africaine?). Il a examiné les divers domaines de la création artistique, avec une discussion des langues africaines, qui, a-t-il dit, seraient les sources de régénération dans la culture africaine. Il a proposé que la culture africaine doit être reconstruite sur la base de l’Égypte antique, de la même manière que la culture européenne a été construite sur les héritages de la Grèce antique et à Rome. 

En 1951, Diop a présenté une thèse de doctorat à l’ Université de Paris, où il a fait valoir que l’Égypte antique avait été enait par le peuple noir. Son superviseur était Marcel Griaule. Diop spécifié qu’il utilisé les termes « négro », « noir », « blanc » et « race » comme « givens immédiate » dans le sens Bergsonian et a continué à suggérer des définitions opérationnelles de ces termes.  Il a dit que la langue égyptienne et de la culture avaient été plus tard propagation d’Afrique de l’Ouest. Tout d’abord il impossible de trouver un jury d’examinateurs pour sa thèse, mais en 1954, il publie plusieurs ses idées comme le livre des Nations nègres et culture (noir et la culture). Il fait de lui un des historiens plus controversées de son temps.  Tout en continuant à étudier la physique nucléaire dans les laboratoires du Collège de France, il a continué à travailler sur sa thèse. Enfin, il a obtenu son doctorat en 1960. 

Activité politique
Diop depuis ses débuts à Paris été politiquement active dans le Rassemblement Democratique Africaine (RDA), une organisation nationaliste africaine dirigée par Félix Houphouët-Boigny. Il a été secrétaire général de la RDA étudiants à Paris de 1950 à 1953. [ 9 ] Uder son leadership, le premier congrès de l’après-guerre panafricain étudiant a eu lieu organisé en 1951. Surtout, elle comprenait non seulement francophones africains, mais celles parlant anglais ainsi. Les élèves de la RDA a continué à être très actif dans le combat anticolonial de politicizing et popularisé le slogan «National indépendance du Sahara à la Cap et de l’océan Indien à l’Atlantique.» [ 10 ] Le mouvement identifié comme une tâche clée restaurer la conscience nationale africaine, déformée par l’esclavage et le colonialisme. Diop, inspiré par les efforts de Aimé Césaire vers ces extrémités, mais n’étant ne pas un homme littéraire lui-même, a pris l’appel pour reconstruire la personnalité Afrique du point de vue strictement scientifique, socio-historique. Il a été pleinement conscient des difficultés que tel effort scientifique entraînerait et averti que « C’était particulièrement nécessaire éviter le piège de l’installation. Il pourrait semble tentant pour leurrer les masses engagés dans une lutte pour l’indépendance nationale en prenant des libertés avec la vérité scientifique, par le dévoilement d’un passé mythique, embellished. Ceux qui ont suivi nous dans nos efforts pour plus de 20 ans savent maintenant que ce n’était pas le cas et que cette crainte reste infondées.» [ 11 ] Diop a été très critique de « la plus brillante pseudo-revolutionary éloquence qui ignore la nécessité » afin de reconstruire la conscience nationale africaine «qui doivent être remplies de nos concitoyens sont de renaître culturellement et politiquement.» 

Diop a estimé que la lutte politique africaine de l’indépendance ne réussirait pas sans reconnaissant le rôle civilisatrice de l’Afrique, datant de l’Égypte antique.  Il est favorisé par la contradiction de « l’historien africain qui élude le problème de l’Egypte ». 

En 1960, à son retour au Sénégal, il continua ce qui serait une lutte politique depuis longtemps de la vie. Diop aurait conclu dans le cadre de plus de 25 ans à trois partis politiques qui ont formé l’opposition majeure au Sénégal. Le premier « le Block des Masses Senegalaises (B.M.S.) » a été formée en 1961. En 1962, partie du Diop travaillant sur les idées énumérés dans « Afrique noire : la base économique et culturelle d’un État fédéré » est devenu une menace sérieuse pour le régime de puis président Léopold Senghor. Diop a été ensuite arrêté et jeté en prison, où il mourut près. La partie était peu il après interdite pour s’opposer à efforts de Senghor pour consolider le pouvoir dans ses propres mains. 

«Black Afrique : la base économique et culturelle d’un État fédéré « est le livre qui exprime mieux les objectifs politiques et les objectifs du Diop. Dedans, il soutient que qu’un état d’Afrique Uni et fédéré sera capable de surmonter le sous-développement. Ce travail critique constitue une étude rationnelle de non seulement l’unité culturelle, historique et géographique de l’Afrique, mais de potentiel pour le développement de l’énergie et l’industrialisation de l’Afrique. Diop fait valoir la nécessité de construire une armée continentale capable, capable de défendre le continent et de sa population et propose un plan pour le développement de l’industrialisation et de matières premières de l’Afrique. Tous ces facteurs combinés, basée sur la formation d’une Afrique fédérée et unifiée, culturellement et dans le cas contraire, sont hésiteraient à être le seul moyen pour l’Afrique devenir la puissance dans le monde qu’elle devrait être légitimement.

Image de prévisualisation YouTube

Après que le B.M.S. a été dissous, Diop et d’autres anciens membres reconstitué eux-mêmes sous un nouveau parti, le Front National Senegalais (F.N.S.) en 1963. La partie, mais pas officiellement reconnue, a continué à forte activité politique dans le même sens que la B.M.S. Sous forte pression politique président Senghor a tenté d’apaiser Diop en offrant un certain nombre de postes gouvernementaux à lui et ses partisans. Diop a refusé fortement de conclure les négociations jusqu’à ce que les deux conditions sont remplies. Le premier, que tous les prisonniers politiques libérée et la seconde discussions être ouvert sur les idées du gouvernement et des programmes, pas sur la répartition des postes du gouvernement. Pour protester contre le refus de l’administration de Senghor à libérer les prisonniers politiques, Diop est restée largement absente de la scène politique de 1966 à 1975.  

Recherche au Sénégal
Après 1960, Diop revint au Sénégal et a poursuivi ses recherches et une carrière politique. Il a établi et a été le directeur du laboratoire radiocarbone à l’IFAN (Institut fondamentaux de le Noir). Diop a consacré un livre sur le laboratoire de radiocarbone IFAN «à la mémoire de mon ancien professeur Frédéric Joliot qui m’accueilli dans son laboratoire au Collège de France.»  (Après sa mort, l’Université a été nommée en son honneur : Université Cheikh Anta Diop de Dakar.) Il avait dit, « dans la pratique, il est possible de déterminer directement la couleur de la peau et, par conséquent, les affiliations ethniques des anciens Égyptiens par analyse microscopique dans le laboratoire ; je doute si le sagacity des chercheurs qui ont étudié la question a négligé la possibilité.» 

Diop a publié sa technique et de la méthodologie pour un essai de dosage de mélanine dans les revues scientifiques. Diop utilisé cette technique pour déterminer la teneur en mélanine les momies égyptiennes. Enquêteurs médico-légales adoptées ultérieurement cette technique pour déterminer l’identité »raciale » des victimes d’accident mal brûlée.

Certains critiques ont fait valoir que mélanine dosage test technique de Diop manque d’éléments de preuve suffisants. Ils soutiennent que le test est inapproprié appliquer à l’anciennes momies égyptiennes, due aux effets de l’embaumement et la détérioration au fil du temps. 

En 1974, Diop ont participé à un colloque de l’UNESCO au Caire, où il a présenté ses théories à des spécialistes en égyptologie. Il a également écrit le chapitre sur les origines de l’ Égypte dans l’ UNESCO Histoire générale de l’Afrique.

 http://www.dailymotion.com/video/x3hosw

Premier travail du Diop traduit en anglais, origine africaine des civilisations : mythe ou réalité, a été publié en 1974. Il a obtenu un large public pour son travail. Il s’est avéré que archéologiques et anthropologiques preuve pris en charge son avis que Pharaohs étaient d’origine Negroid. Certains érudits tirer beaucoup de travail novateur de Diop, tandis que d’autres personnes dans le monde académique occidental n’acceptent pas toutes les théories de Diop.  Travail du Diop a posé des questions importantes sur les préjugés culturels inhérents à la recherche scientifique. 

Diop a montré surtout que les archéologues européens avant et après que la décolonisation avait sous-évalués et a continué à sous-estimer l’ampleur et la possibilité de civilisations noires. [citation nécessaire]

Découvertes de la Suisse archéologue Charles Bonnet sur le site de Kerma éclairent sur les théories de Diop. Ils montrent des liens culturels étroits entre Nubia et de l’Égypte ancienne, bien que la relation a été reconnue pour les années.  Cela n’implique pas nécessairement une relation génétique, cependant. Comme le note f. Yurco que parmi les peuples en dehors de l’Égypte, les Nubians étaient plus proches ethnique de l’Égypte, partagent la même culture dans la période predynastic et utilisés de la même structure politique pharaonoic, grand public Egyptologists. Il suggère que les peuples de la vallée du Nil étaient une population régionalisée, partage un certain nombre de traits génétiques et culturels. 

Diop a fait valoir qu’il y avait une continuité culturelle partagée entre les peuples africains qui était plus important que le développement varié de différents groupes ethniques, illustré par les différences entre les langues et les cultures au fil du temps. 
/////

 http://www.dailymotion.com/video/x8k6n

////

 Importance des civilisations antiques
Diop pris en charge ses arguments avec des références aux anciens auteurs comme Hérodote et STRABON. Par exemple, lorsque Hérodote a souhaité soutenir que le peuple Colchian concernaient les Égyptiens, il a déclaré que les Colchians étaient « noirs, avec des cheveux accolade » [ 30 ] Diop utilisé des déclarations faites par ces auteurs pour illustrer sa théorie que les anciens Égyptiens avaient les mêmes traits physiques comme les africains noirs modernes (couleur de peau, type de cheveux). Son interprétation des données anthropologiques (tels que le rôle du matriarcat) et des données archéologiques ont amené à conclure que la culture égyptienne était une culture d’Afrique noire. En linguistique, il croyait en particulier que la langue Wolof contemporain, Afrique de l’Ouest est liée aux égyptien antique. 

Bourse de Biased sur l’Afrique
Condamnation début de Diop de partialité européenne dans son travail de 1954 Negres des Nations et la culture,  et dans l’évolution du monde Negro [ 32 ] a été pris en charge par la bourse d’études ultérieur. Vue du Diop que la bourse d’études du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle reposait sur une vue raciste des africains était considéré comme controversés lorsqu’il écrivait dans les années 1950 à travers pour le début des années 1970, le domaine de la bourse africain étant toujours influencé par le racisme scientifique de Carleton Coon de s. et d’autres. Coon utilisé les classements d’infériorité et de supériorité raciales, défini la «vraie noirs» que seuls des cultures au sud du Sahara et regroupés certains africains avec des cultures avancées avec Caucase clusters.  Basé sur le travail du Coon, la part de l’Hamitic a conclu que les plus avancés de progrès ou de développement culturel en Afrique était due à l’invasion de mystérieux Hamites Caucasoid. De même, la Théorie de course thinite égyptienne affirmé qu’une migration massive des peuples Caucasoid était nécessaire pour créer les kingships égyptiens, comme les tribus de Negro plus lent-witted ont été incapables. Des études génétiques ont démenti ces notions.  Un examen de 2004 de la recherche de l’ADN dans Une étude archéologique africaine prend en charge certaines des critiques du Diop. Il a constaté que certains chercheurs européens avaient précédemment essayé de faire africains semblent un cas particulier, d’une certaine manière différent du reste du flux de population de la planète et mélanger. Cela semblait s’appliquent en matière de maquillage évolution et pool génique. Les réviseurs constaté que certains chercheurs semblent ont changé leurs catégories et les méthodes de maintenir ces perspectives « cas particulier ». 

Variabilité physique de la population africaine
Diop a constamment statué qu’africains ne pourraient pas être confinés dans un type rigide qui existait quelque part au sud du Sahara, mais ils variaient largement dans la couleur de la peau, la forme du visage, la type de cheveux, la hauteur, et un certain nombre de facteurs supplémentaires, tout comme les autres populations humaines. Dans son « Evolution of the Negro World » en Présence Africaine (1964), Diop castigated chercheurs européens qui avancé une évolution distincte de divers types de l’humanité et refusé l’origine africaine de l’homo sapiens. 

“ Mais c’est seulement la théorie plus gratuite qui considère le Dinkas, le Nouer et le Masai, entre autres, à être Caucasoids. Ce que si un ethnologue africain devait persister en reconnaissant comme blanc-seulement le blond, aux yeux bleu scandinaves et systématiquement refusé l’adhésion pour les autres européens et méditerranéens en particulier : le français, italiens, grecs, espagnol et portugais ? Tout comme les habitants de la Scandinavie et les pays méditerranéens doivent être considérés comme deux pôles extrêmes de la même réalité anthropologique, donc devraient les noirs d’Afrique orientale et occidentale considérés comme les deux extrêmes dans la réalité du monde noir. Dire qu’une Shillouk, un Dinkas ou un Nouer est un Caucasoid est un intérêt scientifique et africains comme dénuée de sens, serait, un européen, une attitude qui a maintenu que grec, ou un latine n’étaient pas de la même race ”

Ceux qui critiquent Diop cite une étude de 1993 que les anciens Égyptiens plus liée à l’Afrique du Nord, somalien, européenne, Nubie et, plus à distance, à leurs populations, que de subsaharienne africains. [ 36 ]. Diop a toujours maintenu que Somalians, les Nubians, les Éthiopiens et les Égyptiens étaient tous partie d’une gamme connexe des peuples africains dans la zone nilotiques qui comprenait également des peuples du Soudan et les pièces du Sahara. Il a dit que leurs liens culturels, génétiques et matérielles pas pourraient être définies absent ou séparés en un jeu regroupée de clusters raciales. Critiques de cette étude à son tour contiennent qu’il atteigne ses résultats par manipulation des clusters de données et des catégories d’analyse, une large du filet pour atteindre les similitudes statistiques génériques, en générales avec les populations comme les européens et les Indiens. Dans le même temps, le net statistique est projetée beaucoup plus restrictive dans le cas de «blacks», soigneusement définissant comme type d’extrême au sud du Sahara et à l’exclusion des populations connexes telles que Somalians, les Nubians et les Éthiopiens,  ainsi que l’ancienne Badarians, un groupe d’autochtone clé.

Il est détenu par Keita, et coll., que lorsque les données sont regardées en toto sans la manipulation de clustering et sélectives exclusions ci-dessus, puis une image plus précise et réaliste émerge de la diversité africaine. Par exemple, des correspondances égyptiens antiques aux Indiens et européens sont génériques dans la nature (en raison des catégories utilisées pour fins de correspondance avec ces populations) et ne sont pas dues à des flux génétique. Anciens Égyptiens tels que le Badarians montrent une plus grande affinité statistique aux types Afrique tropicales et ne sont pas identiques aux européens.  En ce qui concerne la clé du groupe Badarian, une étude de 2005 par l’anthropologue que s. o. y. Keita de Badarian crania en predynastic supérieur Égypte a constaté que la série Badarian predynastic les clusters beaucoup plus proche avec la série Afrique tropicale que les exemples européens. 

Théorie du Diop sur la variabilité est également pris en charge par un certain nombre de boursiers mappage des gènes humains en utilisant l’analyse de l’ADN moderne. Cela a montré que la plupart de la variation génétique humaine (certains % 85–90) se produit au sein de groupes de population localisées, et cette course peut uniquement compte 6 % de la variation. Classification arbitrairement les Masai, les Éthiopiens, les Shillouk, les Nubians, etc., comme du Caucase est donc problématique, car tous ces peuples sont des populations africaines au nord-est et affichent une variation normale bien comprises % 85–90 spécifiée par l’analyse de l’ADN.  Les anthropologues physique modernes a également question fractionnement des peuples en zones raciales. Ils détiennent que tel fractionnement est arbitraire d’insertion de données dans des casiers prédéterminés et le regroupement sélectif des échantillons.  Les objections du Diop à comment les données sur les peuples africains a être manipulées a donc été pris en charge par le travail de plusieurs chercheurs modernes, à l’aide d’analyse d’ADN moderne. [citation nécessaire] [la neutralité est contesté] 

Réception des idées 
Égypte dans le contexte africain

Les arguments de Diop pour placer l’Égypte dans le contexte culturel et génétique de l’Afrique a rencontré un large éventail de condamnation et de rejet.

Boursiers comme Bruce Trigger condamné la bourse souvent précaire sur ces peuples africains au nord-est, comme les Égyptiens. Il a déclaré que les peuples de la région étaient tous les africains et dénoncé les « mythes bizarres et dangereuses » Bourse précédemment biaisé, « assombris par une confusion de race, de langue et de culture et par un accompagnement racisme ».  Les conclusions du déclencheur ont été pris en charge par Egyptologist Frank Yurco, qui a consulté les Égyptiens, Nubians, Éthiopie, Somalians, etc. comme une population de vallée du Nil localisée. Il ne croyait pas que telle une population devait être arbitrairement divisé en clusters tribales ou raciales. 

Une série de livres sur l’Égypte antique, publié en 2004, a trouvé qu’il y a peu de base pour reprochant un lien étroit entre l’Égypte thinite et de l’intérieur en Afrique. Néanmoins, il a accordé Diop et de crédit boursiers similaires pour poser ces problèmes.   

 Les Égyptiens comme une population noire
Une des plus controversée du Diop émet des centres sur la définition de qui est une vraie personne noire. Diop a insisté sur une interprétation large similaire à celle utilisée dans la classification des populations européennes en blanc.

Il a accusé ses détracteurs d’avoir utilisé la définition plus étroite possible des « Noirs » afin de différencier les divers groupes africains, comme les Nubians dans une zone européenne ou les Caucasoid raciale. Dans le cadre de l’approche «vrai négro», Diop a soutenu que ces peuples qui ne respectait pas le classement stéréotypé ont été attribuées au mélange avec les peuples extérieur, ou ont été scindées et affectés aux clusters Caucasoid.

Il a également fait valoir que les opposants étaient hypocrites en affirmant que la course des Égyptiens n’était pas importante de définir, mais ils n’hésitent pas à introduire la course sous des formes nouvelles. Par exemple, Diop a suggéré que les utilisations de la terminologie comme « Méditerranéenne » ou « Moyen-orientale », ou statistiquement classer tous ceux qui ne respectait pas le stéréotype noir « true », comme certains autre course, étaient toutes les tentatives d’utilisation de course pour différencier entre les peuples africains.

Présentation du Diop de ses concepts lors du symposium de l’UNESCO du Caire sur « Le peuplement de l’Égypte antique et le déchiffrer du script Meroitic », en 1974, exposés les incohérences et les contradictions dans les données comment africaines a été géré. Cette exposition reste une marque distinctive de la contribution du Diop. Comme un chercheur à la 1974 symposium placez-le : 

“ Tout en reconnaissant que la population égyptienne antique a été mélangée, un fait confirmé par toutes les analyses anthropologiques, écrivains néanmoins parlent d’une course égyptienne, liant à un type humain bien défini, la branche blanche, Hamitic, également appelé Caucasoid, la Méditerranée, Europid ou Eurafricanid. Il y a une contradiction : tous les anthropologues conviennent en soulignant la proportion assez considérable de l’élément Negroid — près d’un tiers et parfois plus — dans le mélange [c'est-à-dire biologique] ethnique de la population égyptienne antique, mais personne n’a encore défini ce que l’on entend par le terme ‘Negroid’, ni aucune explication a été proposée à comment cet élément Negroid, par donnés avec un composant méditerranéen souvent présent dans des proportions plus petites, pourrait être assimilé dans une course purement Caucasoid. ”

Une majorité de professeurs disavow le terme noir pour les Égyptiens, mais il n’existe aucun consensus sur la terminologie de substitution.  Certaines études modernes ADN permettent de définir des classifications raciales, tandis que d’autres condamnent cette pratique comme remplissage sélective des catégories prédéfinies, stéréotypées.

Concept de Diop a été d’une population noire fondamentalement incorporé de nouveaux éléments au fil du temps, plutôt que de populations mixte-course passage arbitrairement affecté les zones raciales. De nombreux universitaires rejettent le terme noir, toutefois, ou utilisent exclusivement dans le sens d’un type subsaharienne. Une approche qui a comblé le fossé entre Diop et ses détracteurs est l’approche bio-évolutionniste non raciale. Cette approche est associée à des chercheurs qui remettent en cause la validité de la race comme un concept biologique. Ils considèrent les Égyptiens comme (a) simplement une autre population de vallée du Nil ou (b) la partie d’un continuum de gradation de la population ou de variation entre les êtres humains qui repose sur le développement des autochtone, plutôt que d’utiliser des clusters raciales ou le concept des adjuvants.  Selon cette approche, les catégories raciales comme « Noirs » ou « Caucasoids » sont ignorées en faveur des populations localisées montrant une fourchette de variation physique. Cette façon de visualiser les données rejeté l’insistance du Diop sur Blackness, mais en même temps, il a reconnu l’incohérence avec laquelle les données sur les peuples africains ont été manipulées et classées. 

L’influence de l’Égypte
Diop jamais affirmé, comme une réclamation, que l’ensemble de l’Afrique suit un modèle culturel égyptien. Au lieu de cela, il prétend Égypte comme faisant partie d’un socle »Sud » de la civilisation, un développement d’indigeous fondé sur la vallée du Nil influente. Tandis que Diop détient que les Grecs tirées d’une civilisation égyptienne supérieure, il n’affirme pas que la culture grecque est simplement un dérivé de l’Egypte. En revanche, il considère les Grecs comme faisant partie d’un « berceau du Nord », distinctement croissante de certaines conditions climatiques et culturelles.  Sa pensée n’est donc pas l’argument « Legacy Stolen » d’écrivains comme George James ou les notions de « Black Athéna » de Martin Bernal. Diop met l’accent sur l’Afrique, pas de la Grèce, contrairement à la préoccupation des autres Africancentrists. 

Unité culturelle des peuples africains dans le cadre d’une station d’accueil Sud
Diop a tenté de démontrer que les peuples africains partagent certains points communs, y compris les racines de langue et d’autres éléments culturels comme régicide, circoncision, totems. Ces il a occupé, faisait partie d’une tapisserie qui a jeté les bases de l’unité culturelle africaine, qui pourrait aider à jeter hors colonialisme. Sa théorie culturelle a tenté de montrer que l’Égypte faisait partie de l’environnement en Afrique, par opposition à l’intégration dans des lieux méditerranéens ou moyen-orientales.

Ces concepts sont disposés dans du Diop « vers la RENAISSANCE AFRICAN : essais en CULTURE AND DEVELOPMENT, 1946-1960, » :  et « la culture l’unité d’Afrique noire : les domaines du patriarcat et du matriarcat depuis l’antiquité classique, » ces concepts peuvent se résumer comme suit :

Modèle de station d’accueil-égyptien du Sud :

1.Abondance des ressources vitales.
2.Sedentary-agricoles.
3.Nature douce, idéaliste, Pacifique avec un esprit de justice.
4.Famille matriarchal.
5.Émancipation des femmes dans la vie familiale.
6.État territorial.
7.Xenophilia.
8.Cosmopolitisme.
9.Collectivisme sociale.
10.Matériau de solidarité – soulager la misère morale ou matérielle
11.L’idée de la paix, la justice, de bonté et d’optimisme.
12.Littérature souligne les nouveaux contes, fables et comédie.
Modèle de station d’accueil-grec du Nord :

1.Bareness des ressources.
2.Nomadic-chasse (piratage)
3.Nature féroce, guerre avec l’esprit de survie.
4.Famille patriarcale.
5.Avilissement / l’asservissement des femmes.
6.État de la ville (fort)
7.Xénophobie.
8.Clocher.
9.Individualisme.
10.Solitude morale.
11.Dégoût de l’existence, le pessimisme.
12.Littérature favorise la tragédie.
Zones de confluence : Réunion ou donnés de zone pour les deux berceaux ci-dessus

La plupart des anthropologues voir communs dans la culture africaine, mais uniquement dans un sens très large, générique, intimement liés avec les systèmes économiques, etc.. Il existe des modèles courants tels que la circoncision, matriarcat etc., mais si elles font partie d’un unique, plus doux, plus positive « Sud berceau » des peuples, par opposition à un plus saisissant, patriarcale-assaisonné « du Nord berceau » est considérés comme problématique par nombreux chercheurs, comme l’est la complexité des cultures humaines en deux camps de regroupement. Peuples extrêmement guerrier, par exemple, le Zulu, apparaissent fréquemment dans le « berceau du Sud ». Beaucoup de cultures du monde entier montrent une évolution similaire et un mélange de traits. 

Analyses d’autres érudits (Hiernaux 1975, Keita, 1990 et coll.) éviter les camps « Sud » et le « nordiques » et pointez sur une attention plus étroite qui démontre les connexions entre l’Égypte et d’autres pays africains à proximité culturelles et matérielles génétiques (Nubian, noire et Sudanic) populations. Ces connexions apparaissent non seulement en linguistique, (voir la démonstration de langues section ci-dessous), mais dans des domaines culturels tels que la religion. En ce qui concerne la religion égyptienne, par exemple, il semble y avoir des connexions plus solides avec les cultures du Soudan et nord-est de l’Afrique que Mesopotamia, fonction de recherche grand public : 

«Il est douteux que Osiris peut être considéré comme égal à Tammuz ou Adonis, ou si les Hathor est liée à la « grande mère ». Il existe des relations plus étroites avec les religions au nord-est d’Afrique. Les nombreuses cultes animaux (bovins particulièrement cultes et dieux Panthère) et les détails de robes rituels (queues animales, les masques, les tabliers de l’herbe, etc.) sont probablement d’origine africaine. En particulier, la parenté montre quelques éléments africains, tels que le roi comme la tête ritualist (c’est-à-dire, homme de médecine), les limitations et le renouvellement du règne (Jubilés, régicide) et la position de la mère du roi (un élément matriarchal). Certains d’entre eux se trouvent parmi les Éthiopiens Napata et Méroé, d’autres parmi les tribus Prenilotic (Shilluk). »
[Modifier] Langues démontrant une unité culturelle africaine
Diop rejeté blancs civilizer-assaisonné linguistiques théories, comme celle avancée par chercheur Carl Meinhof, qui a conclu qu’un afflux de peuples Caucasoid ou Ham anglophone entré Afrique à dominer le plus lent-witted negro tribus. Plus attentive des bourses de race-neutre après la seconde guerre mondiale, tels que celui de Greenberg, et coll. soutient largement rejet du Diop de l’approche civilizer blanc.

Diop encore fait valoir que les langues des peuples de la vallée du Nil également démontré une large compatibilité et d’unité organique des peuples africains et tenté de démontrer des relations entre anciens Égyptiens, COPTE moderne de l’Égypte et Wolof, une langue sénégalaise de l’Afrique de l’Ouest, avec ces derniers deux ayant leur origine dans l’ancien. (Diop : Parenté génétique de l’egyptien pharaonique et des langues négro-africaines).  Travail du Diop a été plus étendu par érudit Afrocentric Ivan van Sertima.

Alors que les études linguistiques modernes ont contesté la connexion de langue Wolof de Diop, en ce qui concerne les peuples clés de la vallée du Nil, ils ont été déplacés de notions antérieures d’une course « Hamitic » en parlant des langues Hamito-Semitic. Ils placer la langue égyptienne dans un contexte plus localisé, centré autour de ses racines du Sahara et nilotiques générales. (F. Yurco « An Egyptological Review », 1996)  analyse linguistique (Diakanoff 1998) place l’origine des langues afro-asiatiques dans le nord-est de l’Afrique, avec brins anciens au sud de l’Egypte et les nouveaux éléments chevauchant le delta du Nil et le Sinaï.

Certaines recherches linguistiques modernes lève Wolof réclamation du Diop en question, mais les connexions ont été trouvées dans plusieurs langues africaines qui partagent des caractéristiques avec égyptien, tels que les langues tchadiques d’Afrique occidentale et centrale, les langues couchitiques du Nord-est de l’Afrique et les langues sémitiques de l’Éthiopie et l’Érythrée. 

Large phénotype partout dans le monde noir
Tout en reconnaissant l’héritage génétique commune de tous les humanité et des threads évolutionniste communes, Diop a identifié un noir phénotype, s’étendant de l’Inde, en Australie, en Afrique, avec la physiques des similitudes en termes de peau foncée et un certain nombre d’autres caractéristiques. Dans une interview en 1985, Diop a fait valoir que la course était une catégorie pertinente et ce phénotype ou l’apparence physique est important dans l’historiques des relations sociales.

Si nous parlons uniquement du génotype, je peux trouver un noir qui, au niveau de son chromosomes, est plus proche d’un suédois que Peter Botha est. Mais ce qui compte en réalité est le phénotype. C’est l’apparence physique qui compte. Ce noir, même si au niveau de ses cellules il est plus proche d’un suédois que Peter Botha, lorsqu’il est en Afrique du Sud, il vivra encore de Soweto. Tout au long de l’histoire, il a été le phénotype, qui a été en cause, nous ne perdre de vue ce fait. Le phénotype est une réalité, l’apparence physique est une réalité. Et cette apparence correspond à quelque chose qui fait de nous dire que Europe est peuplée par des blancs, Afrique est peuplée par les noirs, et Asie est personnes par des personnes jaune. C’est ces relations qui ont joué un rôle dans l’histoire.» 

Diop comme un racialist
Les détracteurs académiques facturer Diop avec le racisme, fondé notamment sur sa créance que les anciens Égyptiens étaient noir. Défenseurs maintient déclarer de façon que les critiques de Diop régulièrement inexacte ses opinions, définition généralement des Nègres comme un type ‘true’ au sud du Sahara à mettre en doute son travail, puisqu’il est clair que de nombreux Égyptiens ne répondraient pas ce stéréotype extrême.  Questions telles que « si les anciens Égyptiens noirs? » sont généralement faussé et formulé en ces termes stéréotypées, il est demandé, afin de rapidement rejeter son travail et éviter d’engager il point par point.  Diop par contraste dans son ‘Afrique origine des civilisations,’  soutient contre la conception européenne de stéréotype. Il détient que l’éventail des peuples et des phénotypes sous la dénomination « negre » inclus ceux avec un large éventail de variabilité physique, de la peau marron clair et aquiline nez à jet noir peau et les cheveux frizzy, bien au sein de la diversité des peuples de la région nilotiques. Diop a également reconnu que les anciens Égyptiens absorbé des gènes « étrangers » à divers moments de son histoire (le Hyskos par exemple), mais a conclu que ce admixture n’a pas changé leur ethnie essentiel. 

Diop semble également exprimer des doutes quant à la notion de race. À un colloque de l’UNESCO à Athènes en 1981, il a affirmé: « Je n’aime pas à utiliser la notion de race (qui n’existe pas)… nous ne devons pas attacher une importance obsessionnelle. C’est un risque de l’évolution».  Cette perspective a été contrairement à la plupart des écrivains contemporains blancs interrogé. En effet il eschewed chauvinisme raciale, affirmant: «nous excuser pour le retour à des notions de race, patrimoine culturel, linguistique relation, historiques des connexions entre les peuples et ainsi de suite. Je n’attache aucun plus d’importance à ces questions qu’ils méritent effectivement dans les sociétés modernes du vingtième siècle.»

 Image de prévisualisation YouTube

Diop répudiée théories racistes ou suprémaciste, plaide pour une vue plus équilibrée de l’histoire africaine, qu’il s’apprêtait à son époque.  Puisqu’il a battu contre comment raciale classifications ont été utilisées par l’Académie européenne à l’égard des peuples africains, une grande partie de son travail a une forte teinte ‘race-assaisonné’. Un certain nombre de personnes comme professeur de collège U.S. Leonard Jeffries  ont avancé une vue chauvinist plus, citant travail du Diop.

Pensée de Diop et de la critique du clustering raciale moderne 
Diop et le tri arbitraire des catégories

Critique fondamentale du Diop de bourses d’études sur les peuples africains était que les schémas de classification confinés les catégories définies comme étroitement que possible, tout en développant les définitions des groupements Caucasoid aussi largement que possible. Il a conclu qu’il s’agissait d’hypocrisie et de bourses mauvaise, qui ignoré l’éventail de variabilité indigène des peuples africains.
Cette critique fondamentale s’applique à l’approche de Jensen, qui utilise un certain nombre de techniqies clustering raciale. Ces techniques ont à leur tour été contestés par les érudits plus contemporaines (Keita et Kittles, Armelagos, et coll.) pour l’utilisation des catégories prédéfinies, arbitraires de cluster ou affecter les différents peuples africains comme les Égyptiens, Éthiopie et d’autres en Caucasoid ou catégories « mixtes ». Typique de ce est Cavalli-Sforza Extra-European Caucasoid groupement. Quel est l’enjeu n’est pas le fait que les populations subsaharienne partagent certains traits communs, mais (a) la définition étroite de ces peuples à l’aide du Sahara comme une ligne de démarcation rigide, (b) la séparation de ces populations des peuples comme éthiopiens, les Nubians, Somalians, et coll., qui sont affectées à un « Caucasoid » regroupement, généralement sous différentes étiquettes (Hamite est, eurasien, du Moyen Orient, méditerranéenne, etc..).

Ces critiques des définitions et des regroupements de maintenir, disavow souvent publiquement l’importance de la course,  mais dans la pratique, continuer à utiliser les groupes raciaux établis à l’avance et puis trier les données autant que possibles dans ces catégories prédéfinies, plutôt que de laisser les données parlent d’eux-mêmes. Une pratique connexe à l’offrant est chargement frontal des indices – c’est-à-dire sélectives d’emballage des catégories de mesure avec nombreux indicateurs mineures afin que les marqueurs généralement considérés comme Negroid (prognathism par exemple) sont minimisaient dans les résultats de l’échantillonnage final.  Lorsque les méthodes pre-sorting et similaires ne sont pas utilisés, les différents résultats apparaissent que celles obtenues par Jensen, et coll. 

Diop et critique de la thèse de la barrière du Sahara
Diop a conclu que, malgré le Sahara, les éléments génétiques, physiques et culturels des peuples africains autochtones étaient en place et toujours placé dans et hors de l’Égypte, notant les voies de transmission via Nubia, le Soudan et la fertilité antérieure du Sahara. Plus contemporains critiques affirment que les notions du Sahara comme une barrière dominante à isoler les populations subsaharienne sont deux imparfaite et simpliste dans le vaste contexte historique, étant donné le mouvement constant de personnes au fil du temps, les fluctuations du climat dans le temps (le Sahara était autrefois très fertile) et la représentation substantielle des traits « sub saharienne » dans la vallée du Nil, parmi les personnes comme le Badari.

Toute la région affiche une unité de base basé sur le Nil et le Sahara et ne peut être arbitrairement cubes en zones raciales pré-attribué. Comme le souligne Egyptologist Frank Yurco :

«Les cycles climatiques a agi comme une pompe, attirant alternativement des peuples africains sur le Sahara, puis leur expulsion comme l’aridité renvoyé (Keita, 1990). Spécialistes en archéologie predynastic ont récemment proposé que l’expulsion piloté sur le climat dernier poussé les Sahraouis… dans le ca de la vallée du Nil. BCE 5000-4500, où ils mélangées avec les populations autochtones de chasseur-pékan-rassembleur déjà là (Hassan, 1989 ; Wetterstorm 1993). Telle était à l’origine de la populace égyptien distincte, avec son mélange de chasse/pêche et de l’agriculture/pastoralisme. Le peuple Badarian qui en résulte, qui a développé la culture égyptienne Predynastic plus tôt, présentait déjà la combinaison de l’Afrique du Nord et subsaharienne traits physiques qui ont caractérisé depuis les Égyptiens (Hassan 1985, Yurco 1989 ; déclencheur 1978 ; Keita 1990 accolade et coll. 1993)… Recherche de langue suggère que cette population noire-Nilotic est devenu haut-parleurs des langues Afro-Asiatic… Sémitiques était manifestement parlée par les Sahraouis qui a traversé la mer rouge en Arabie et devint ancêtres des orateurs sémitiques, éventuellement environ 7000 BC… En résumé nous pouvons dire que l’Égypte était une culture d’Afrique du Nord distincte enracinée dans la vallée du Nil et sur le Sahara.»
Diop et critique de véritables systèmes de classification Negro
Diop a conclu que les bourses d’études à son époque isolés stéréotypes extrêmes en ce qui concerne les populations africaines, tout en ignorant ou la minimisation des données sur le terrain montrant les liens complexes entre ces populations.  Les critiques modernes de l’approche de clustering raciale, venant après Diop écho cette objection, utilisant des données provenant de la plus anciennes vallée du Nil regroupements ainsi que les peuples actuels. Cette recherche a examiné le groupe Badarian antique, trouver non seulement culturels et matériels liens avec ces autres Sud mais les corrélations physiques ainsi, y compris un Sud modale crânienne métrique phentoype indicatif de l’Afrique tropicale dans le groupe Badarian bien connu.

Ces éléments tropicaux ont donc mis en place depuis les débuts de la civilisation égyptienne, ne c’isolé quelque part du Sud derrière le Sahara barrière. Ceci est considéré comme un développement autochtone fondé sur des principes microevolutionary (adaptation climatique, dérive et sélection) et pas le mouvement d’un grand nombre de peuples extérieur en Égypte. 

En ce qui concerne les peuples vivant, le motif de complexité répète, remettre en question les méthodes de fusionnées et fractionnement de Jensen, et coll. recherche dans cette zone défis les regroupements utilisés comme reflétant (a) ne pas de diversité génétique d’aujourd’hui en Afrique, ou (b) une manière incohérente pour déterminer les caractéristiques raciales de l’ Égypte antique. Études de certains habitants de Gurna, une population avec une histoire culturelle antique, en Haute-Égypte, illustrent le point. Dans une étude de 2004, 58 habitants natifs d’Égypte supérieur ont été prélevés pour mtDNA. 

La conclusion est que certaines des plus anciennes populations natives en Égypte peuvent suivre la partie de leur patrimoine génétique ancestral de l’Afrique de l’est. Sélectivement regroupant ces peuples en Méditerranée arbitraire, moyen-orientales ou Caucasoid catégories car ils ne respectent pas la définition étroite d’un type de « true », ou sélectivement définition certains traits comme les fonctions aquiline Eurasie ou Caucasoid, ignore la complexité des données ADN sur le terrain. Critiques Notez que étroites des définitions similaires ne sont pas tentées avec les groupes souvent classés comme Caucasoid. 

Nos résultats suggèrent que la population Gurna a conservé la trace d’une structure ancestrale génétique d’une population ancestrale de l’Afrique de l’est, caractérisée par une haute fréquence de haplogroup M1. La structure actuelle de la population égyptienne peut être le résultat d’une influence plu de voisins des populations sur cette population ancestrale 

Diop et critique des théories mixte-course
Diop a contesté les définitions radicale de races mixtes à l’égard des populations africaines, particulièrement lorsqu’ils sont associés avec la vallée du Nil. Il a reconnu l’existence des peuples «mixtes» au cours de l’histoire égyptienne mais également soutenu pour indigeous variantes déjà in situ comme opposés à des insertions massives de Hamites, les méditerranéens, les Semites ou Cascasoids en groupements antiques. Théories de course mixte ont également été contestés par les érudits contemporaines par rapport aux africaine de la diversité génétique. Ces chercheurs détiennent qu’ils trop souvent dépendent sur une conception stéréotypée de races pures ou distincts que puis aller à 4‑1. Toutefois, ces conceptions sont appliquées manière irrégulière lorsqu’il s’agit des peuples africains, où en général, un «vrai négro» est identifié et défini comme étroitement que possible, mais aucune tentative similaire est faite pour définir un « vrai blanc ». Ces méthodes, il est détenu, minimiser les variations géographiques normale et la diversité génétique trouvé dans nombreuses populations humaines et ont déformé une image exacte des peuples africains. 

Keita et Kittles (1999) soutiennent que les points d’analyse d’ADN moderne à la nécessité de davantage l’accent sur la variation clinal et les gradations de couleurs qui ne sont plus qu’appropriées pour expliquer les différences entre les peuples, plutôt que les clusters raciales préconçus. Variation ne doivent pas être le résultat d’un « mélange » de catégories telles que Negroid ou Caucasoid, mais peut être simplement un contiuum des peuples dans la région de couleur de peau, aux fonctions du visage, à poils, à la hauteur. La présente des fonctionnalités aquiline par exemple, peut-être pas nécessairement un résultat du mélange de course avec Caucasoids, mais simplement une autre variante de la population locale in situe. Sur une plus grande échelle, le débat reflète le mouvement grandissant pour minimiser la course comme une construction biologique en analysant les origines des populations humaines. 
Diop et le contexte africain
En résumé, moderne anthropologique et l’ADN bourses se répète et confirme la plupart des critiques émises par Diop en ce qui concerne les classifications arbitraires et le fractionnement des peuples africains, et confirme les liens génétiques des peuples de la vallée du Nil avec d’autres africains groupes, y compris l’Afrique de l’est, le Sahara et le Soudan. Cette recherche moderne confirme également des analyses plus anciens, (Arkell et Ucko 1956, 1976 Shaw, Falkenburger 1947, Strouhal 1971, Blanc 1964, et coll., ). Cette bourse moderne même défis toutefois à son tour des aspects du travail de Diop, notamment ses notions d’un phénotype noir dans le monde entier.

Plus grande réalisation de Diop est peut-être son insistance en plaçant des peuples de la vallée du Nil dans leur contexte local et africaine, dessin d’une image d’une population stable, ancienne découlant de son héritage génétique dans ce contexte, par opposition aux tentatives pour fractionner, cluster, subdiviser, définir et les regrouper dans d’autres contextes. Une telle vision d’inhérente de l’unité et de la continuité, ironiquement, est également financée en partie par modernes Egyptologists grand public tels que Frank Yurco :
“ Certes il y avait certains étranger admixture [en Égypte], mais fondamentalement une population africaine homogène vivaient dans la vallée du Nil d’antique aux temps modernes… [la] Badarian personnes, qui a développé la culture égyptienne Predynastic plus tôt, présentait déjà la combinaison de l’Afrique du Nord et subsaharienne traits physiques qui ont caractérisé depuis les Égyptiens (1985 Hassan Yurco 1989 ; déclencheur 1978 ; 1990 Keita… et al.,)… Les peuples de l’Egypte, le Soudan et beaucoup d’Éthiopie d’Afrique orientale et en Somalie sont maintenant généralement considérée comme une continuité nilotiques, largement allant des caractéristiques physiques (complexions lumière à foncé, divers cheveux et types crânio) mais avec des traits culturels communs puissants, y compris les traditions pastorales de bovins (déclenchement 1978 ; Bard, Snowden, ce volume). ”

(F. Yurco « An Egyptological Review », 1996)

Works
Rousseau, Madeleine and Cheikh Anta Diop (1948) « 1848 Abolition de l’esclavage – 1948 evidence de la culture nègre », Le musée vivant, issue 36-37. Special issue of journal « consacré aux problèmes culturels de l’Afrique noire a été établi par Madeleine Rousseaux et Cheikh Anta Diop. » Paris: APAM, 1948.
(1954) Nations nègres et culture. Paris: Éditions africaines. Second edition (1955), Nations nègres et culture: de l’antiquité nègre-égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui, Paris: Éditions Africaines. Third edition (1973) Paris: Présence Africaine, ISBN 2708702633, ISBN 2708703625. Fourth edition (1979) ISBN 2708706888.
(1959) L’ unité culturelle de l’Afrique noire: domaines du patriarcat et du matriarcat dans l’antiquité classique, Paris: Présence Africaine. Second edition (c1982) Paris: Présence Africaine, ISBN 2708704060, ISBN 9782708704060. English edition (1959) The cultural unity of negro Africa Paris. Subsequent English edition (c1962) Paris: Présence africaine. Subsequent English edition (1978) The cultural unity of Black Africa: the domains of patriarchy and of matriarchy in classical antiquity, Chicago: Third World Press, ISBN 0883780496. Subsequent English edition (1989) London: Karnak House, ISBN 0907015441.
(1960) L’ Afrique noire pré-coloniale. Étude comparée des systèmes politiques et sociaux de l’Europe et de l’Afrique noire, de l’antiquité à la formation des états modernes. Paris: Présence africaine. Second edition (1987) ISBN 2708704796. (1987) Precolonial Black Africa: a comparative study of the political and social systems of Europe and Black Africa, from antiquity to the formation of modern states. Translated by Harold J. Salemson. Westport, Conn.: L. Hill, ISBN 088208187X, ISBN 0882081888, ISBN 9780882081878, ISBN 9780882081885.
(1960) Les Fondements culturels, techniques et industriels d’un futur état fédéral d’Afrique noire. Paris. Second revised and corrected edition (1974) Les Fondements économiques et culturels d’un état fédéral d’Afrique noire, Paris: Présence africaine.
(1967) Antériorité des civilisations nègres: mythe ou vérité historique? Series: Collection Préhistoire-antiquité négro-africaine. Paris: Présence africaine. Second edition (c1993) ISBN 2708705628, ISBN 9782708705623.
(1968) Le laboratoire de radiocarbone de l’IFAN. Série : Catalogues et documents, Institut Français d’Afrique Noire n° 21.
(1974) L’origine africaine de la civilisation : mythe ou réalité. (Traduction de sections de Antériorité des civilisations négres et des Nations nègres et culture). Traduit de l’anglais par Mercer Cook. New York: L. Hill, ISBN 0882080210, ISBN 0882080229
(1974) Physique nucléaire et chronologie absolue. Dakar : IFAN. Initiations et études Africaines n° 31.
(1977) Parenté génétique de l ‘ pharaonique égyptien et des langues négro-africaines : processus de sémitisation, Ifan-Dakar : Les Nouvelles Éditions Africaines, ISBN 2723601625.
(1978) Afrique noire : la base économique et culturelle d’un État fédéré. Traduction par Harold Salemson de Fondements économiques et culturels d’un état fédéral d’Afrique noire. Westport, Connecticut: Lawrence Hill & Co, ISBN 0882080962, ISBN 1556520611. Nouvelle édition étendue (1987) ISBN 0865430586 (Africa World Press), ISBN 088208223X.
Colloque de l’UNESCO sur les peuplements d’Égypte antique et le déchiffrer des Meroitic Script. Cheikh Anta Diop (éd.) (1978), le peuplement de l’Égypte antique et le déchiffrer du script Meroitic : actes du colloque tenu au Caire du 28 janvier au 3 février 1974, l’UNESCO. Ultérieures Londres édition (1997): maison de Karnak, ISBN 0907015999.
(c1981) Civilisation ou barbarie : anthropologie sans complaisance. Présence africaine, ISBN 2708703943, ISBN 9782708703940. L’édition anglaise (c1991) civilisations ou barbarie : une anthropologie authentique traduit de l’anglais par YÂ-Lengi Meema Ngemi, édité par Harold J. Salemson et service de Jager. Brooklyn, New York: Lawrence Hill Books, c1991. ISBN 1556520484, ISBN 1556520484, ISBN 1556520492.
(1989) Nouvelles recherches sur l ‘ ancien égyptien et les langues africaines-négro modernes. Paris : Présence africaine, ISBN 2708705075.
(1989) Egypte ancienne et Afrique Noire. Reprint of article in Bulletin de l’IFAN, vol. XXIV, series B, no. 3-4, 1962, pp. 449 à 574. Université de Dakar. Dakar: IFAN.
(c1990) Alerte sous les tropiques: articles 1946-1960: culture et développement en Afrique noire. Paris: Présence africaine, ISBN 2708705482. English edition (1996) Towards the African renaissance: essays in African culture & development, 1946-1960. Translated by Egbuna P. Modum. London: Karnak House, ISBN 0907015808, ISBN 0907015859.
Joseph-Marie Essomba (ed.) (1996) Cheikh Anta Diop: son dernier message à l’Afrique et au monde. Series: Sciences et connaissance. Yaoundé, Cameroun: Editions AMA/COE.
(2006) Articles : publiés dans le bulletin de l’IFAN, Institut fondamental d’Afrique noire, (1962–1977). Series: Nouvelles du sud ; no 35-36. Yaoundé: Silex. ISBN 2912717159, ISBN 9782912717153, ISBN 9789956444120, ISBN 995644412X. 
Festschrift
Prince Dika-Akwa nya Bonambéla (ed.) (2006), Hommage du Cameroun au professeur Cheikh Anta Diop. Dakar: Panafrika. Dakar: Nouvelles du Sud. ISBN 2912717353, ISBN 9782912717351.
[edit] References
1.^ S. Ademola Ajayi, « Cheikh Anta Diop » in Kevin Shillington (ed.) Encyclopedia of African History.
2.^ Diop, Cheikh Anta, Bernard Nantet (ed.), Dictionnaire de l’Afrique, Paris: Larousse, page 96.
3.^ Jackson and Rashidi, op. cit; Chris Gray, Conceptions of History in the Works of Cheikh Anta Diop and Theophile Obenga, (Karnak House:1989) 11-155
4.^ Diop, C.A., African Origins of Civilization – Myth or Reality: Chicago, Ill, Lawrence Hill Books 1974. pp. ix
5.^ Danielle Maurice, « Le musée vivant et le centenaire de l’abolition de l’esclavage: pour une reconnaissance des cultures africaines », Conserveries mémorielles, revue transdisciplinaire de jeunes chercheurs. http://cm.revues.org/127 accessed 17 June 2010.
6.^ Bulletin de l’IFAN, modèle : XXIV, 3-4, 1962
7.^ Cheikh Anta Diop, La culture l’unité de Negro Afrique, (Paris : Présence Africaine, 1963), traduction française : la culture l’unité d’Afrique noire : les domaines du patriarcat et du matriarcat depuis l’antiquité classique, (maison de Karnak : 1989)
8.^ Doué Gnonsoa, Cheikh Anta Diop, Théophile Obenga : combat pour la re-naissance africaine, 1982, 1986. Harmattan, 2003.
9.^ Diop, C.A., des origines africaines de civilisations-mythe ou réalité : Chicago, ill., Lawrence Hill livres 1974. xii pp.
10.^ Diop, C.A. (1974) op pp. xii-xiii
11.^ Diop, C.A. (1974), loc. cit. pp. xiii
12.^ Diop, C.A. (1974), loc. cit. pp. xiv
13.^ Diop, C.A. (1974), loc. cit. pp. xiv
14.^ Diop, C.A. (1974), loc. cit. pp. xiv
15.^ Demba Sy, Daddy « L’itineraire Politique de Cheikh Anta Diop » Nomad-Cheikh Anta Diop. Paris-Montréal, l’Harmattan 2000. PP 192-199
16.^ Demba Sy, Papa (2000), option cit 192-99.
17.^ Demba Sy, Papa (2000), option cit 192-99.
18.^ Diop, C.A., des origines africaines de la civilisation – mythe ou réalité : Chicago, Ill, Lawrence Hill documentation 1974. pp. X, bas 4.
19.^ Chris Gray, conceptions de l’histoire dans les œuvres de Cheikh Anta Diop et Theophile Obenga, (maison de Karnak : 1989) 11-155.
20.^ Cheikh Anta Diop, le Pharaon de connaissances – Mauritanie de liberté d’expression (2006)
21.^ Alain Froment, 1991. « Origine et évolution de l’homme dans la Pensée de Cheikh Anta Diop : une Analyse Critique », cahiers d’Etudes Africaines, 31-1-2: 29-64.
22.^ L’UNESCO, « Colloque sur les peuplements de l’Égypte ancienne et le déchiffrer du Script Meroitic ; Proceedings », (Paris : 1978), pp. 3-134.
23.^ John G. Jackson et Runoko Rashidi, introduction aux civilisations africaines, (Citadelle : 2001), ISBN 0806521899, pp. 13-175.
24.^ Lefkowitz, rôles (1996). Pas hors de l’Afrique : la « Afrocentrisme » devint une excuse pour enseigner le mythe comme historique. pp. 27-193.
25.^ Jackson et Rashidi, loc. cit
26.^ Charles Bonnet et Dominique Valbelle, The Pharaohs Nubian : Kings noir sur le Nil, (ASC presse : 2007), pp. 34-183
27.^ F. j. Yurco, « Si les anciens Égyptiens noirs ou blancs? », Revue d’Archéologie biblique (Vol 15, n° 5, 1989), pp. 24-9, 58.
28.^ un b Frank Yurco, « Un Egyptological Review », 1996 – Mary R. Lefkowitz et Guy MacLean 62-100 Rogers, Athéna noire Revisited, 1996, la presse de l’Université de Caroline du Nord, pp.
29.^ Cheikh, Anta Diop, La culture l’unité de Negro Afrique, (Paris : Présence Africaine, 1963), traduction française : la culture l’unité d’Afrique noire : les domaines du patriarcat et du matriarcat depuis l’antiquité classique, (maison de Karnak : 1989), pp. 53-111.
30.^ Hérodote, histoire, livre II.
31.^ Cheik Anta Diop, Negres des Nations et la culture,
32.^ Cheikh Anta Diop, « L’évolution du monde noir », résence Africaine (vol. 23, n° 51, 1964), pp. 5-15.
33.^ Carleton Coon, courses de l’humanité, 1962
34.^ Philip L Stein et Bruce M Rowe, anthropologie physique, (McGraw-Hill, 2002, pp. 54-166.
35.^ Cheikh Anta Diop, « L’évolution du monde noir », Présence Africaine (vol. 23, n° 51, 1964), pp. 5-15.
36.^ Voir S.O.Y. Keita et Rick A. Kittles, «Persistance de la pensée raciale et le mythe de la divergence raciale», Anthropologue américain (1997) sur l’étude de c. Loring accolade et coll., ‘ Clines et clusters versus race »‘(1993) et S.O.Y. Keita. «Des agriculteurs de la vallée du Nil au début de El-Badari : autochtones ou immigrants « Européen » Agro-nostratiques ? Craniometric affinités avec d’autres données en considération ». Feuille de noir, vol. 36 no 2, pp. 191-208 (2005)
37.^ Diop, loc. cit
38.^ S.O.Y. Keita et Rick A. Kittles, ‘La persistance de la pensée raciale’ et le mythe de divergence raciale, anthropologue américain (1997); S.O.Y. Keita. «Des agriculteurs de la vallée du Nil au début de El-Badari : autochtones ou immigrants « Européen » Agro-nostratiques ? Craniometric affinités avec d’autres données en considération ». Feuille de noir, vol. 36 no 2, pp. 191-208 (2005)
39.^ Keita, (2005) loc. cit
40.^ Keita et Kittles (1997): loc. cit ; Keita (2005): loc. cit ; Keita, « Autres études de crania », loc. cit., Hiernaux J (1975), Peuple de l’Afrique. Fils de Charles Scribner ; Hassan FA (1988) de New York : Le predynastic égyptienne. Le juge Prehist mondiale. 2: 135 – 185
41.^ S.O.Y. Keita, jeunes agriculteurs vallée du Nil, El-Badari, autochtones ou des immigrants Agro-nostratiques « Européen » ? Craniometric affinités considérées avec d’autres données, S.O.Y. Keita, journal d’études noirs, vol. 36 no 2, pp. 191-208 (2005)
42.^ Motifs de la diversité humaine, au sein et entre les continents, déduits des polymorphismes génétiques Biallelic, Barbujani, et coll., Geonome Research, vol. 12, numéro 4, pp. 602-612), avril 2002
43.^ Leiberman et Jackson 1995 « Race et trois modèles d’origine humaine », anthropologue américain 97 pp. 231-242
44.^ Bruce Trigger, ‘Nubian, Negro, noir, nilotiques?’, Sylvia Hochfield et Elizabeth Riefstahl (eds), Afrique depuis l’Antiquité : l’art de Nubia et le Soudan, vol. 1 (New York, Brooklyn Museum, 1978).
45.^ Paul T. Nicholson, « out of Shadow de la momie », l’enseignement supérieur de temps 17 décembre 2004. Examen de David Jeffreys (éd.), vues de l’Égypte ancienne depuis Napoléon Bonaparte. Londres : UCL Press. ISBN 1 84472 001 2
46.^ (24) Vercoutter Jean lors de la conférence de l’UNESCO de 1974. Cité dans Shomarka Keita, «Communications», American Historical Review (octobre 1992), pp. 1355-6.
47.^ Frank M. Snowden, Jr., ‘De Bernal « Blacks », Hérodote et les autres éléments de preuve classique’, Aréthuse (vol. 22, 1989); avant le préjudice de couleur : la vue antique de noirs (Cambridge, MA, Harvard University Press, 1983)
48.^ Des races humaines : Une génétique et Evolutionary Perspective, Alan R. Templeton. Anthropologue américain, 1998, 100:632-650 ; la persistance de la pensée raciale et le mythe de divergence raciale, s. o. y. Keita, Rick A. Kittles, anthropologue américain, nouvelle série, vol. 99, no 3 (sept, 1997), pp. 534-544
49.^ < répartition de la diversité raciale: A Review, Ryan A. Brown et George J. Armelagos, 2001, Anthropologie évolutionniste, 10 : 34-40 Web fichier : http://www.as.ua.edu/ant/bindon/ant275/reader/apportionment.pdf
50.^ Diop, loc. cit
51.^ «VERS LA RENAISSANCE AFRICAINE : ESSAIS EN CULTURE ET DÉVELOPPEMENT, 1946-1960.» Trans Egbuna P. Modum. Londres : Succession de Cheikh Anta Diop et maison de Karnak, 1996.
52.^ Cheikh Anta Diop, la culture l’unité de Negro Afrique, (Présence Africaine, Paris 1963), Anglais Traduction : la culture l’unité d’Afrique noire : les domaines du patriarcat et du matriarcat depuis l’antiquité classique, (maison de Karnak : 1989)
53.^ Philip L Stein et Bruce M Rowe, anthropologie physique, (McGraw-Hill, 2002, pp. 54-326.
54.^ Encyclopédie Britannica 1984 éd. Macropedia Article, vol. 6: « Religion égyptienne », pg 506-508.
55.^ Joseph H. Greenberg, les langues de l’Afrique. (Bloomington : Indiana University Press, 1966)
56.^ Russell G. Schuh, « L’utilisation et utilisation abusive du langage dans l’étude de l’histoire africaine » (1997), in : Ufahamu 25, (1,): 36-81
57.^ Diop, c. a. 1977. Parenté génétique de l’egyptien pharaonique et des langues négro-africaines. Dakar : Les Nouvelles Éditions Africaines)
58.^ Ivan van Sertima, Égypte Revisited, Transaction Publishers : 1989, ISBN 0887387993
59.^ Voir par exemple http://www.linguistics.ucla.edu/people/schuh/Papers/A64_1997_language_and_history.pdf + Russell G. Schuh, « L’utilisation et l’abus de langage dans l’étude de + l’histoire africaine » (1997), dans : Ufahamu 25, (1,): 36-81 (en PDF, 152 kB).
60.^ Yurco, loc. cit.
61.^ M.Diakonoff, journal des études sémitiques, 43,209 (1998)
62.^ Russell G. Schuh, « L’utilisation et utilisation abusive du langage dans l’étude de l’histoire africaine » (1997), in : Ufahamu 25 (1): 36-81
63.^ Interview menée par Charles III de Finch à Dakar au nom de la Feuille des civilisations africaines. Van Sertima, Ivan & Williams, Larry (éd.), grands Thinkers africains – Cheikh Anta Diop : Tranaction du Nouveau-Brunswick, NJ, documentation de 1986. pp. 235-36.
64.^ Diop, C.A., civilisations ou barbarie – une anthropologie authentique : Brooklyn, NY, Lawrence Hill 1991 de la documentation. pp. 2-3.
65.^ J. d. Walker, « La déclaration inexacte de vues de Diop », le journal de noir, vol. 26, n ° 1. (77-85 De séparation, 1995, pp.
66.^ Walker. loc. cit
67.^ Diop op origine africaine
68.^ Walker, loc. cit.
69.^ « Je n’aime pas employeur la notion de race (which n’existe pas) (…). Sur ne doit pas y attacheurs une importance obsessionnelle. C’est le hasard de l ‘ évolution.  » Fabrice Hervieu Wané, Cheikh Anta Diop, restaurateur shall conscience noire, Le Monde diplomatique, janvier 1998
70.^ Cheikh Anta Diop, l’origine africaine de la civilisation, loc. cit., p. 236.
71.^ Diop, loc. cit
72.^ «Notre Mission sacrée», discours à l’état de l’Empire des Black Arts et le Festival culturel à Albany, New York, le 20 juillet 1991,
73.^ Diop, loc. cit. Evolution du monde Negro ‘ en Présence Africaine (1964)
74.^ Keita et Kittles, loc. cit. La persistance de la pensée raciale,
75.^ Accolade, loc. cit ; voir critique de Kittles et Keita (1997), loc. cit, les experts en anthropologie crânio utilisent généralement des 8 mesures clés pour déterminer les affinités raciales ou ethniques, mais certaines études clusters de l’Égypte antique utilisent plus de 20 mesures. Le résultat final est de minimiser sélectif de certaines caractéristiques des échantillons à l’étude. Voir o. e. GILES & ELLIOT, 1962. Identification de la course de mesures crânienne. Journal des sciences judiciaires. 7: 147 – 157
76.^ Rick Kittles et s. o. y. Keita, « Interprétation africains génétiques diversité », revue archéologique africain, vol. 16, no 2, 1999, p. 1-5.
77.^ un b Frank Yurco, « Un Egyptological Review », 1996 – Mary R. Lefkowitz et Guy MacLean Rogers, Athéna noire Revisited, 1996, la presse de l’Université de Caroline du Nord, p. 62-100.
78.^ Cheikh Anta Diop, l’origine africaine de la civilisation : mythe ou réalité, (Lawrence Hill Books (1er juillet 1989), pp. 37-279.
79.^ Keita, « Autres études de crania », loc. cit., Hiernaux J (1975) le peuple de l’Afrique. Fils de Charles Scribner ; Hassan FA (1988) de New York : Le predynastic égyptienne. J. monde de Prehist. 2: 135 – 185
80.^ Stevanovitch A, Gilles A, E Bouzaid, Kefi R, Paris F, Gayraud RP, Spadoni JL, El-Chenawi F, Beraud-Colomb e., « La diversité de séquence ADN mitochondriales dans une population sédentaire d’Égypte, » Annales de la génétique humaine, 2004 Jan; 68 (1 pt): 23-39.
81.^ Brown et Armelagos. op Apportionment de la diversité raciale ; Keita et Kittles, la persistance, loc. cit.
82.^ Diversité de séquence d’ADN mitochondrial dans un sedentar… [Ann Hum Genet. 2004] – résultats de PubMed
83.^ Répartition de la diversité raciale: A Review, la Ryan A. Brown et George J. Armelagos, 2001, Evolutionary Anthropology, 10 : 34 – 40) 
84.^ S.O.Y Keita, ‘ Royal inceste et de diffusion en Afrique « , ethnologue américaine > vol. 8, no 2 (mai 1981), pp. 392-393.
[Modifier] Informations complémentaires
François-Xavier Fauvelle (1996), le de Cheikh Anta Diop : histoire et idéologie. Éditions Karthala (en français)
[Modifier] Liens externes
Surveillance vidéo: Dr Cheikh Anta Diop sur l’origine africaine de l’humanité
Conférence de Cheikh Anta Diop
Cheikh Anta Diop à l’Afrique dans
Une brève biographie d’une champion d’Afrique à Raceandhistory.com
Résumé des travaux de Cheikh Anta Diop (en français) au Ankhonline.com
Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Université Cheikh Anta Diop de Dakar
Cheikh Anta Diop, le Pharaon de connaissances
Écouter les entrevues avec Cheikh Anta Diop (en français) à Rufisque News
[Masquer] v • d • e Pan-Africanism

Promoteurs Politiciens : Nnamdi Azikiwe · Amílcar Cabral · Mouammar Kadafi · Marcus Garvey · David Comissiong · Kenneth Kaunda · Jomo Kenyatta · Patrice Lumumba · Thabo Mbeki · Abdias do Nascimento · Gamal Abdel Nasser · Kwame Nkrumah · Julius Nyerere · John Nyathi Pokela · Haile Selassie · Robert Mangaliso Sobukwe · Ahmed Sékou Touré · L.i.r. Wallace-Johnson.
D’autres : Asante Molefi Kete · Steve Biko · Edward Wilmot Blyden · John Henrik Clarke · Cheikh Anta Diop · W. e. b. Du Bois · Frantz Fanon · John g. Jackson · Yosef Ben Jochannan · Maulana Karenga · Fela Kuti · Bob Marley · Malcolm X · Zephania Mothopeng · George Padmore · Motsoko Pheko · Runoko Rashidi · Walter Rodney · Burning Spear · Henry Sylvester Williams · Stokely Carmichael · Omali Yeshitela

Concepts Etats-Unis d’Afrique · Afrocentrisme · Changes · Couleurs de pan-africain. · Indicateur de pan-africain. · Négritude · Nationalisme africain · Socialisme africain · Afrique siècle · Africanisation · Kawaida · Ujamaa · Harambee · Ubuntu · Zikism · Nationalisme noir

Organisations Union africaine · Organisation de l’unité africaine · Uhuru Movement · UNIA-ACL · Afrique avant d’unification · Bureau international des services africains

Récupérée de «http://en.wikipedia.org/wiki/Cheikh_Anta_Diop»
Catégories : naissances de 1923 | décès de 1986 | Pseudohistoire | scientifiques africains | anthropologues sénégalais | historiens sénégalais | Pan-Africanism | Africanists | politiciens national démocratique rallyes (Sénégal)

 -MANO RCI

http://www.manoradiocaraibes.com   

http://manoretro.unblog.fr/  

http://emission.unblog.fr/  

martel.loutoby@orange.fr  

http://fr-fr.facebook.com/

Portable:0696919145

Portable:0696840553

Pas de commentaires à “ Cheikh Anta Diop – Décédé ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|